数子

-kazuko-
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]

Aller en bas 
AuteurMessage
Yôko
Admin


Féminin Nombre de messages : 271
Age : 28
Localisation : Seine et Marne
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]   Lun 6 Aoû - 12:17

Auteur : Yôko
Groupe : 12012
Couple : vous verrez bien.
Genre : romance.
Commentaire : autant j’aime la première partie, autant la fin me plait pas XD !

« en Avril, ne te découvre pas d’un fil »


Il pleuvait averse ce matin là lorsqu’il s’était réveillé. Rien n’aurait donné envie à une personne normale de se lever de son lit pour descendre les escaliers et enfin sortir de sa maison. Mais il n’était pas normal non. Il aimait la pluie. Elle avait toujours été sa source d’inspiration, la chose qui faisait qu’il se levait le matin, que la musique était devenue pour lui ce qui faisait battre son cœur, qui l’aider à se lever chaque matin.

Le ciel était sombre dehors, tout présageait un important orage auquel personne ne pourrait échapper. Et dans cette région, les orages n’étaient jamais les bienvenues car les habitations n’étaient pas prêtes contre les inondations. Ils s’agissaient de vieilles bâtisses dont chaque mur, chaque cloison reflétait cette merveilleuse période prospères du Japon. Ce quartier de Tôkyô permettait de voir que les Japonais étaient très conservateurs de certaines traditions. Et c’était dans ce quartier qu’il habitait. Souvent, il passait devant sa maison, sans toquer, restant juste devant la porte d’entrée, réfléchissant à ce qu’il pourrait bien faire à cette heure précise de la journée. Puis, il repartait comme il était venu, un étrange sourire aux lèvres, comme la satisfaction d’être entrer dans son intimité sans pour autant avoir franchi le seuil de la porte.

Il avait prit l’habitude d’y passer, parfois la nuit, d’autres fois, comme aujourd’hui, pendant des orages, là où les mots sont plus faciles, où les vers touchent plus que jamais son corps glacé par cette pluie qu’il aime tant. Il le voit chaque jour et pourtant, il ressent le besoin de le voir encore et encore, sans pour autant le lui dire. Comme un sentiment de manque, comme si son cœur allait exploser s’il ne le voyait pas. Il connaissait la cause de cette douleur sourde qui le torturait. Et, étrangement, il s’y était habitué, vivant avec, comme une lame logée qu’il ne cherchait plus à retirer, se faisant à cela.

Doucement, il rentra chez lui, enlevant chacun de ses vêtements avant de passer sous la douche. Cette eau qu’il aimait tant qui coulait lentement le long de son cœur transit de froid. La fraîcheur de la pluie réveillait son corps, lui prouvait qu’il était encore en vie et que chacun des sentiments qu’il ressentait, venaient du plus profond de son cœur.

C’est au moment où il sortait de la cabine de douche, une serviette autour de la taille, les gouttelettes d’eau dégoulinant le long de son torse pâle, qu’il entendit son portable sonner. Un soupir, puis une hâte pour aller répondre. Et si c’était lui ?

« Hai moshi moshi Miyawaki Wataru desu. » [1]

« Wataru, c’est Enya, je voulais te prévenir que la répétition est annulée. Tooru-kun est tombé malade, je crois qu’il a une bonne grippe. Je suis chez lui je… »

« J’arrive tout de suite. »

Et sans dire un mot de plus, il coupait la conversation téléphonique et s’habillait en quatrième vitesse avant de prendre le premier bus qui passait par-là, se rendant chez son meilleur ami Kawauchi Tooru. En dix minutes, il était devant la porte, la fixant sans rien dire. Il n’était jamais entré chez lui. Tooru était une personne qui se cachait beaucoup. Jamais personne, sauf les membres de sa famille entrait chez lui…Frissonnant, il toqua néanmoins. Enya lui ouvrit la porte, lui adressant un sourire triste.

« C’est étrange mais je savais que tu viendrais pour lui. »

Enya et Wataru étaient sortis pendant trois mois ensemble, mais disputes sur disputes, ils avaient fini par rompre car le jeune bassiste avait bien compris que le cœur de son chanteur était ailleurs. Etrangement, il ne lui en avait jamais voulu, même si bien souvent, des étincelles de tristesses brillaient encore dans ses yeux. Ils auraient pu former un beau couple. Voilà, oui, ils auraient pu.

Le jeune homme entra dans l’appartement, l’observant sous toutes les coutures. Un endroit simple, un meuble près de l’entrée où était posée des clés auprès d’un vase. Les murs quant à eux étaient vides, le jeune homme gardant une maison très traditionnelle. L’entrée, il est vrai, donnait l’impression d’être dans une maison de l’époque, ça et là les cloisons qui menaient vers les autres pièces. Lorsque l’on entrait chez Tooru, on pénétrait dans un autre monde, une vie totalement différente et un caractère tellement dissemblable. Autant Tooru marquait la modernité par ses vêtements et son métier, autant sa maison reflétait un véritable besoin de retour aux sources.

Il suivit Enya jusqu’à la chambre du jeune malade et s’assied tranquillement à son chevet. Son ami le laissa seul. C’était vraiment étrange. Il l’avait souvent imaginé dans sa chambre, se demandant le visage qu’il avait lorsqu’il dormait. Et, aujourd’hui, le voir, lui causait une sensation vraiment indéfinissable. Son doux visage dont les paupières étaient closes, quelques perles de sueurs coulant le long de ses joues à cause de la fièvre. Il avait malgré tout l’air très serein. Se levant doucement, Wataru alla chercher de quoi éponger son front et le fit avec toute la douceur dont il était capable. Jamais il ne l’avait vu dormir, et pouvoir l’observer à volonté semblait irréel à ses yeux.

La chambre de Tooru était assez grande et semblait des plus paisibles. Au mur, un poster d’eux cinq, son poster préféré que tout le groupe avait signé pour son anniversaire. Le chanteur se souvenait de ce jour là. Il avait passé une heure et demie pour trouver quoi écrire. Il avait tant de mots qui se bousculaient dans sa tête, tant de choses qu’il avait sur le cœur, pour finalement écrire un message banal : « joyeux anniversaire, je t’adore ».
Les mots sont parfois difficiles à trouver lorsque ce que l’on doit écrire n’est pas ce que le cœur ressent. Sur le bureau se trouvait un cadre contenant une photo prise avec Wataru quelques années auparavant. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’il se reconnut. Tous deux avaient beaucoup changé depuis et pourtant, il avait toujours ce besoin d’être près de lui, tout en étant totalement éloigné.

Mis à part ces deux choses particulières, la chambre se composait d’un vieil ordinateur et de sa batterie dont il prenait grand soin. On aurait pu croire qu’un fantôme habitait ici car tout était rangé, sans poussière ni rien, comme s’il n’y passait presque jamais son temps. Et pourtant, ce lieu donnait la sensation d’être paisible, l’atmosphère sereine, si différente de dehors.

Enya bouscula le blond dans ses pensées lorsqu’il entra dans la chambre, un bol de soupe dans les mains. Il le déposa lentement sur la table de chevet et sortit, lui expliquant qu’il devait partir. Un hochement de tête, pas de réponse. C’était habituel chez Wataru, surtout lorsque la pluie tombait à torrent.

« Tooru-kun, réveille-toi »

Malgré lui, il posa ses doigts sur sa joue et la caressa avec douceur. Ce geste, ce simple geste, il en rêvait depuis des années sans pour autant le faire. Peut-être parce qu’il avait peur de cette proximité. Tout semblait tellement différent à cet instant.

« Wataru-kun… qu’est-ce que tu fais ici, je vais bien ne t’en fait pas »

« Non tu ne vas pas bien. Laisse moi m’occuper de toi d’accord ? »

Le batteur ne répondit rien et laissa son ami lui donner le bol de soupe avec douceur puis le nourrir comme un enfant. Il appréciait ce sentiment de sécurité, que quelqu’un s’occupait de lui, surtout qu’il ne devait pas s’inquiéter. Et pour cela, il en avait toujours été redevable auprès de Wataru. Il n’y avait qu’auprès de lui qu’il se sentait bien.

« Tu aurais dû faire attention hier, ce n’est pas bon d’être dehors en débardeur le soir tu sais. Moi je le fais mais parce que j’ai l’habitude d’accord ? »

Tooru hocha la tête, continuant de manger ce qu’on lui donnait. En réalité, tout était de la faute de Wataru. Son ami se demandait pourquoi il sortait souvent le soir, en débardeur lorsqu’il pleuvait. Alors il l’avait suivit pour comprendre. Mais il n’avait que comprit que cela réveillait, faisait froid et donnait la grippe.

« Pourquoi sors-tu lorsqu’il pleut ? »

Wataru observa son batteur sans comprendre. C’était pour cela qu’il avait fait la même folie que lui hier ?

« Parce que j’ai l’impression de retrouver mes mots lorsqu’il pleut. L’eau me lave de toutes ces émotions contraires. J’ai l’impression de revivre lorsque je tremble de froid. Souvent j’écris après m’être fait rincer par un orage. C’est stupide, je le sais bien, mais il n’y a que comme ça que j’arrive à écrire certains textes. Et puis…. Ça me fait réfléchir sur certains sujets dont je n’arrive pas à parler »

Tout en lui parlant, il l’avait pris dans ses bras et caressait ses cheveux. Tooru s’était toujours douté des sentiments de son ami, seulement celui-ci n’avait jamais pris la peine de les lui avouer…

« Pourquoi ne viens-tu pas me parler à moi ? »

Un frisson, il regarde son batteur dans les yeux et décale une petite mèche qui était en travers de son beau visage.

« Car je crois que tu es mon plus grand problème Tooru-kun… »

Des lèvres qui se déposent sur celle d’un jeune homme malade qui attendait cette sensation depuis des mois et des mois. La sensation d’exister par cette pression qu’il ressent sur ses épaules lorsqu’il le serre dans ses bras. L’eau qui suit leurs lèvres par son rythme long et agité. Parfois, les mots sont inutiles car les gestes sont présents. Parfois, la pensée ne vaut plus rien quand celle-ci s’est éparpillée… Un corps qui se met sur un autre et qui l’embrasse, enlevant doucement les vêtements de l’autre… Des baisers, des gémissements, parfois quelques cris… mais toujours ce même plaisir, cette même envie commune qui les oppressaient depuis trop longtemps… Parfois les mots sont inutiles, les gestes veulent tout dire.

Fin.


Dernière édition par le Dim 11 Nov - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoko-ichigo.livejournal.com/
Natsumi
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 477
Age : 29
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]   Lun 6 Aoû - 12:49

j'aime bieeeen

c'est mignon le couple *o*

y vont bien ensemble ! Lobu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kazuko.forum-actif.net
Yôko
Admin


Féminin Nombre de messages : 271
Age : 28
Localisation : Seine et Marne
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]   Lun 6 Aoû - 13:50

Oui je trouve aussi qu'ils vont bien ensemble *o* !!!

Je suis contente que ce petit OS te plaise c'est grâce à toi que je l'ai écris ^^ Et viiii, la pluie ça m'inspire XD

_________________

~ boku wo dakishimete ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoko-ichigo.livejournal.com/
Natsumi
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 477
Age : 29
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]   Lun 6 Aoû - 13:55

Avec tout ce qui tombe tu m'etonnes que tu es inspirée XD

(Nya moi j'écrirais le 9 *sifflote* si j'ai trouver une idée d'ici là ^^' )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kazuko.forum-actif.net
Yôko
Admin


Féminin Nombre de messages : 271
Age : 28
Localisation : Seine et Marne
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]   Lun 6 Aoû - 13:59

C'est pas juste d'abord, moi je veux que tu écrives maintenant tout de suite >.< !!! Sinon je te...euuuuh tape >< !!! alleeez te plaiiiiiiiit é____è

_________________

~ boku wo dakishimete ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoko-ichigo.livejournal.com/
Natsumi
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 477
Age : 29
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]   Lun 6 Aoû - 14:21

mais euh j'ai pas d'idée pour le moment mais j'écrirais plus tard ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kazuko.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En Avril, ne te découvre pas d'un fil [Yaoi]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MOIS D AVRIL NE TE DECOUVRE PAS D UN FIL... (convention)
» Carnaval de Candé (49) 18 avril
» Festival Cool Soul le 8 Avril au Bataclan, puis Clermont...
» Photo de Bernd Parker - Metropol, Berlin, 14 ou 15 avril 1982
» Clermont-Ferrand - 4 Avril 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
数子 :: Fans :: ~ Fanfictions ~-
Sauter vers: